top of page
Amour au temps du digital

Comment décoder le jargon des jeunes ?

Vous êtes-vous déjà retrouvé bête face à une expression ou un mot sorti de la bouche de votre ado ? Cette sensation terrible de se dire qu’on ne vient pas de la même planète ? N’ayez crainte, c’est dans l’air du temps ! Le langage des jeunes évolue constamment au point qu’il existe même un grand écart entre celui des ado 12 ans et ceux de 19 ans. C’est dire si on n’en perd pas son français. Il est temps de dissiper ce brouillard linguistique et de tenter de se mettre au diapason des jeunes qui nous entourent, ou tout du moins, de les comprendre.


PRÊT À DEVENIR COOL ? C’EST PARTI !

Quoicoubeh : la grande tendance (énervante) du moment ! Ça fonctionne un peu comme le “Quoi ? Feur”, mais en “Quoi ? Quoicoubeh”. Non, non, ça ne veut rien dire. Juste un délire qui part de TikTok avec le lancement d’un “Cou A” (quoi) auquel l’autre répond “Cou B” (coubeh), et si vous leur répondez “Cou C” (couceh)… vous risquez bien de les laisser bouche bée.

Grailler : manger, “On graille quoi ce soir ?”, “On va chercher à grailler” = on va chercher à manger, l’expression viendrait du mot “graillon” qui signifie le “goût”.

Être en PLS : adaptation du sigle de la Position Latérale de Sécurité pour désigner que l’on est au bout du rouleau, que l’on ne se sent pas bien, que l’on est plus capable de ne rien faire.

POV : abréviation de “Point of View” en anglais, “point de vue” en français, utilisé pour parler d’une situation vue d’un certain angle. Exemple : “POV : quand tu es dans ta douche et que le facteur sonne à la porte”, pour accompagner une photo de quelqu’un en serviette de bain avec du shampoing dans les cheveux.

Askip : à ce qu’il paraît, “Askip Laura n’est plus avec son copain”, souvent utilisé par message.

Un charo : un coureur de jupons, un garçon qui passe d’une fille à l’autre rapidement.

On fleek : l’expression anglaise a été connue par la chanson du même nom d’Eva Queen. Elle est utilisée pour qualifier l’apparence de quelqu’un, être sur son 31, mais aussi et surtout pour qualifier le maquillage de quelqu’un, avoir un maquillage parfaitement réussi.

Être dans le bad / badder (prononcer “badé” et pas “badère” ou “badeur”) : ne pas se sentir bien, être de mauvaise humeur, vient du mot anglais “bad” qui signifie “mauvais”.

Poucave : nom ou verbe qui signifie rapporter quelque chose à quelqu’un, être une balance, quelqu’un qui ne sait pas garder les secrets.

C’est la hess : c’est la galère, c’est la mer**, souvent d’un point de vue financier, je n’ai plus beaucoup d’argent, je suis ruiné.

Dead ça : utilisé pour dire à quelqu’un qu’il a assuré, qu’il a réussi quelque chose ou qu’il a tout déchiré, “t’as dead ça”.

T’as la ref ? : “avoir la ref” signifie comprendre une référence faites à un film, une histoire, quelque chose que tout le monde est censé connaitre. Souvent, quand on ne comprend pas une situation qui fait référence à une histoire connue, on dit alors “J’ai pas la ref”.

Ghoster : ne plus donner signe de vie à quelqu’un du jour au lendemain, “Je me suis fait ghoster”, “Il m’a ghosté”. C’est une expression utilisée en référence aux relations entre jeunes sur les réseaux sociaux, on ne se fait pas ghoster “dans la vraie vie” mais lorsqu’on discute souvent avec quelqu’un via les réseaux sociaux et que d’un coup, la personne décide de ne plus vous répondre / de vous ignorer.

Saucer : dire du bien de quelqu’un, lui faire des compliments, “Arrête de me saucer, je vais rougir”.

Du bif : de l’argent, expression notamment utilisée dans la chanson maintenant populaire “Mirador” de Kezah et Freddy.

Y’a R : il n’y a rien, il ne se passe rien, je n’ai rien trouvé, “Y’a R dans ton frigo” = ton frigo est vide.

C’est carré : tout va bien, c’est parfait, ça marche, répandu par la chanson “C’est carré le S” de Naps, Ninho et Gazo.

Cheh : bien fait pour toi, bien mérité, tu l’avais cherché, d’origine arabe, l’interjection a la même signification en arabe qu’en français et elle s’accompagne parfois d’un geste de frottement du pouce sous le menton.

La gênance : utilisé quand quelqu’un a un comportement honteux ou malaisant, on utilise “oh la gênance !” pour parler d’une situation dérangeante ou gênante.

TMTC : abréviation de “toi-même, tu sais”. Une expression très utilisée chez les jeunes comme mot complice pour dire “on se sait”, surtout par message ou sur Internet. Effectivement, l’abréviation correcte serait “TMTS”, mais TMTC a sûrement été préféré, car il est plus facile à prononcer.

Ok boomer : expression utilisée pour se moquer des adultes qui ne comprennent aucune des expressions mentionnées ci-dessus, équivalent de “Plait-il, fossile ?”.


On vous rassure, nous non plus, on n’a pas tout compris du premier coup ! Ça évolue tellement vite qu’on ne vous garantit même pas que ce dico d’ados ne sera pas déjà obsolète la semaine prochaine. D’ailleurs, si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à nous les partager… on sera ça moins bête. En somme, ça t’explique juste que quand tu es sorti de l’école, « Has been » était tendance, mais ça fait un bail que « has been » est carrément « has been » depuis longtemps ! (Tu me suis ?).

Allez, rendez-vous dans 10 ans pour voir ce que ça donne…


27 vues

Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page